John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Ulcères avec caillot adhérent : traitement endoscopique ou traitement médical ? Volume 11, numéro 3, Mai-Juin 2004

Auteur
Fédération des spécialités digestives, Hôpital Ambroise‐Paré, 92104 Boulogne Cedex. E‐mail : gilles.lesurapr.ap‐hop‐paris.fr
  • Mots-clés : hémorragie digestive ulcéreuse, caillot adhérent, traitement endoscopique, inhibiteur de la pompe à protons
  • Page(s) : 175-9
  • Année de parution : 2004

Au décours d’une hémorragie digestive ulcéreuse, un aspect de caillot adhérent est présent une fois sur cinq. En présence d’un tel aspect et en l’absence de traitement, le risque de récidive hémorragique est compris entre 10 et 35 %. Un lavage abondant du caillot est toujours nécessaire afin de ne pas méconnaître une lésion à plus haut risque de récidive hémorragique à traiter systématiquement. Lorsqu’un lavage suffisamment abondant confirme l’adhérence du caillot, un traitement endoscopique et un traitement médical utilisant de fortes doses d’inhibiteurs de la pompe à protons par voie veineuse, en particulier d’oméprazole qui a été le plus étudié, ont tous deux montré leur efficacité en termes de réduction du risque de récidive hémorragique. En attendant les résultats de nouveaux essais qui devront comparer le traitement endoscopique à un traitement médical optimal qui pourrait utiliser des inhibiteurs de la pompe à protons de commercialisation plus récente, le choix sera fonction des conditions de l’endoscopie d’urgence, des caractéristiques de l’ulcère, du terrain comme de l’expérience et des convictions de l’opérateur.