John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Traitement combiné par chirurgie et chimiothérapie locale des carcinoses péritonéales d’origine digestive Volume 6, numéro 6, Novembre - Décembre 1999

  • Auteur(s) : Dominique Elias
  • Mots-clés : carcinose péritonéale, cancer digestif, chimiothérapie, chirurgie, hyperthermie.
  • Page(s) : 429-36
  • Année de parution : 1999

La survenue d’une carcinose péritonéale (CP) dans l’évolution d’un cancer digestif est synonyme de condamnation à court ou à moyen terme en dépit des progrès constants de la chimiothérapie systémique qui en est le traitement standard. Cependant, les derniers apports en matière de physiopathologie de l’implantation des cellules cancéreuses dans la cavité péritonéale ont permis de développer un nouveau concept thérapeutique alliant l’exérèse chirurgicale quasi complète des lésions macroscopiques à la chimiothérapie intrapéritonéale immédiate pour traiter la dissémination microscopique résiduelle. Ce type de traitement a d’ores et déjà permis de guérir plusieurs patients. Dans cette mini-revue, nous rappelons les mécanismes de dissémination, puis d’implantation des cellules tumorales sur le péritoine et en zone dépéritonisée. Les bases rationnelles de la chimiothérapie intrapéritonéale postopératoire immédiate (CIPPI) sont rapportées. La technique et les résultats de ce nouveau concept thérapeutique sont exposés. L’adjonction d’une hyperthermie à 42-43 °C augmente expérimentalement l’effet de la chimiothérapie locale et se dénomme chimio-hyperthermie intrapéritonéale (CHIP). Sa mise en œuvre est complexe en termes de qualité dès que l’on exige une homogénéité thermique et une diffusion spatiale parfaites dans toute la cavité péritonéale ; nous décrivons la meilleure des sept modalités techniques de CHIP que nous avons testées. Les pseudo-myxomes péritonéaux représentent une entité particulière. Ils sont presque toujours d’origine appendiculaire et regroupent plusieurs formes de maladies dont les pronostics sont différents. Les formes les moins agressives sur le plan histologique bénéficient grandement d’un traitement par exérèse + CHIP.

Illustrations

Ouvrir l'onglet