John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Toxicité gastro-intestinale induite par les inhibiteurs de checkpoint immunitaire de type anticorps anti-CTLA-4 et anti-PD-1/PD-L1 Volume 25, numéro 3, Mars 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Tableaux

Auteurs
1 Gustave Roussy Cancer Campus, Laboratory of Immunomonitoring in Oncology, CNRS-UMS 3655 and INSERM-US23, Villejuif, F-94805, France
2 University Paris-Saclay, Faculty of Medicine, Le Kremlin Bicêtre, France
3 University Paris-Saclay, Faculté de Pharmacie, Chatenay-Malabry, F-92296, France
4 Gustave Roussy, Cancer Campus, Dermatology Unit, Department of Medicine, Villejuif, F-94805, France
5 Service de Gastroenterologie, Hôpital du Kremlin Bicêtre, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Université Paris 11, 94270 Le Kremlin Bicêtre, France
6 Micalis Institut, INRA, AgroParisTech, Université Paris-Saclay, F-78350, Jouy-en-Josas, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : colite induite, CTLA-4, PD-1/PD-L1, biomarqueurs
  • DOI : 10.1684/hpg.2018.1586
  • Page(s) : 256-65
  • Année de parution : 2018

L’immunothérapie est en plein essor en cancérologie. Elle est représentée par les inhibiteurs de checkpoint immunitaire, tels que les anticorps monoclonaux anti-CTLA-4 (ipilimumab), anti-PD-1 (nivolumab, pembrolizumab) et anti-PD-L-1 (avélumab, atézolizumab). Ces molécules peuvent induire des effets indésirables similaires aux maladies dysimmunitaires. L’une des toxicités fréquentes est l’entérocolite. Cet effet secondaire peut être grave et nécessiter l’arrêt de l’immunothérapie ainsi que la mise en route d’un traitement immunosuppresseur. Le nombre de patients qui reçoivent ces inhibiteurs de checkpoint immunitaire, en monothérapie ou en association, ne cesse de croître. Les gastroentérologues sont d’ores et déjà sollicités pour le diagnostic et le traitement des entérocolites induites par les inhibiteurs de checkpoint immunitaire. Ils le seront davantage à l’avenir. Cette revue a pour but de les aider à reconnaitre et traiter les entérocolites induites par les immunothérapies. Elle fait aussi le point sur les enjeux actuels de la recherche dans ce domaine.