John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Stimulation tibiale postérieure et incontinence anale Volume 16, numéro 3, mai-juin 2009

Auteurs
Service de physiologie digestive, hospices civils de Lyon, hôpital Édouard-Herriot, 69437 Lyon cedex, France
  • Mots-clés : stimulation électrique, incontinence anale
  • DOI : 10.1684/hpg.2009.0308
  • Page(s) : 191-4
  • Année de parution : 2009

L’utilisation de la stimulation électrique à des fins thérapeutiques est décrite depuis la cinquième dynastie égyptienne. Il aura, néanmoins, fallu attendre le XXI e siècle pour que cette technique soit appliquée à l’incontinence anale en stimulant le nerf tibial postérieur. Il existe deux modalités d’utilisation de cette technique : la stimulation percutanée (pTENS) qui utilise une électrode-aiguille et la stimulation transcutanée (TENS), non effractive, qui utilise des électrodes adhésives. Dans le premier cas, le rythme d’utilisation est de 20 à 30 minutes, une à trois fois par semaine. La stimulation transcutanée est, quant à elle, appliquée quotidiennement. Le mode d’action de cette technique est peu connu, mais la mise en jeu d’afférences et de réflexes somatovégétatifs est probablement impliquée. Peu d’essais ont, à ce jour, évalué les résultats de cette méthode, et il ne s’agit que d’essais ouverts. En France, seul le TENS a été étudié dans le traitement de l’incontinence anale. Dans les trois séries dont nous disposons, les résultats sont intéressants avec un taux d’amélioration des symptômes et/ou de la qualité de vie de 40 à 100 %. Cependant, les séries sont peu nombreuses, hétérogènes, avec des effectifs faibles et un recul insuffisant. Cette technique offre, cependant, des perspectives intéressantes en raison de son innocuité, de sa faisabilité et de son faible coût. La mise en place prochaine d’une étude randomisée française pourrait permettre de confirmer ces résultats encourageants.