John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Sphinctérotomie chimique transitoire : nouvel outil thérapeutique de la fissure anale ? Volume 6, numéro 2, Mars-Avril 1999

Auteurs

La fissure anale est une affection proctologique fréquente. Sa physiopathologie est controversée, mais l’hypertonie anale et l’ischémie locale semblent jouer un rôle prédominant et sont la cible de la plupart des thérapeutiques proposées. Le recours au traitement chirurgical est souvent nécessaire en raison des échecs du traitement médical ou des récidives. Il n’y a pas de consensus sur la technique à utiliser, mais la sphinctérotomie interne a la faveur de la plupart des auteurs. Toutefois, elle peut avoir des effets délétères sur la continence anale et certaines situations cliniques à risque d’incontinence contre-indiquent tout geste chirurgical de section sphinctérienne. Les données actuelles de la littérature ne permettent pas pour l’instant de se prononcer sur l’apport éventuel des inhibiteurs calciques, des alphabloquants, du glucagon ou du cisapride. En revanche, la sphinctérotomie chimique par injections de toxine botulique ou, surtout, par application locale de trinitrine et de ses dérivés, est une alternative récente et intéressante, qui semble très efficace en termes de soulagement des douleurs et cicatrisation.