John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Radiofréquence du carcinome hépatocellulaire : mode ou traitement d'avenir ? Volume 10, numéro 1, Janvier - Février 2003

Auteurs
Service d'hépato-gastroentérologie, hôpital du Haut-Lévêque, 33604 Pessac cedex

Le traitement par radiofréquence des carcinomes hépatocellulaires pourrait modifier la prise en charge future des malades. Cependant, à l'heure actuelle, il n'existe que peu de données quant à l'efficacité à moyen ou à long terme de ce traitement. Une nécrose tumorale est obtenue dans 90 à 100 % des cas avec en moyenne moins de 1,5 séance par malade. La survie avec ou sans récidive n'est pas encore connue. Les principales complications de cette technique sont des douleurs abdominales pendant ou après le geste, des complications hémorragiques (hémobilie, hémopéritoine...) et des complications pulmonaires (épanchement pleural, hémothorax...). Les indications de ce traitement sont principalement les tumeurs de moins de 3 cm chez des malades cirrhotiques (Child A ou B) ayant une contre-indication à la chirurgie. Les années à venir devraient préciser la place de ce traitement par rapport, notamment, à la résection hépatique ou à l'alcoolisation percutanée et son intérêt en association avec la chimioembolisation lipiodolée ou la chimiothérapie systémique.