John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quelle place pour les anti-intégrines dans la maladie de Crohn ? Volume 28, supplément 5, Novembre 2021

Illustrations

  • Figure 1
Auteur
CHU Pontchaillou, Service des maladies de l’appareil digestif, 2 rue Henri le Guilloux, 35033 Rennes Cedex 8
* Correspondance

La précocité de l’évaluation de l’induction a été critiquée en raison de l’action plus lente du védolizumab, le plateau d’efficacité se situant vers la semaine 14 des essais thérapeutiques. La réponse endoscopique s’observe à la semaine 26 pour 24,8 % des patients et 14,9 % ont une cicatrisation muqueuse. À l’image de l’ensemble des traitements disponibles dans la maladie de Crohn, l’exposition antérieure aux anti-TNF diminue fortement les taux de réponse des biologiques ultérieurs. À partir des essais GEMINI, un score prédictif de réponse au védolizumab a été construit et validé sur cinq critères clinico-biologiques : l’absence de résection intestinale antérieure, l’absence d’exposition antérieure à un anti-TNF, l’absence de maladie fistulisante, le taux d’albumine, le taux de protéine C-réactive. La spécificité digestive du védolizumab sans effet immunosuppresseur systémique suggère dans la théorie une excellente tolérance. Les contre-indications de cette classe des anti-TNF constituent les indications des autres biothérapies, le védolizumab et l’ustékinumab. Il n’existe pas d’essai face-face ayant comparé l’ustékinumab au védolizumab. Dans cette situation, l’utilisation du score prédictif de réponse au védolizumab peut être un critère de choix, une probabilité faible ou intermédiaire faisant préférer l’utilisation de l’ustékinumab. En cas d’échec d’un anti-TNF, un changement de classe doit être envisagé vers le védolizumab ou l’ustékinumab. À l’image de la première ligne, aucune étude comparative n’est disponible. Trois études rétrospectives ont comparé les deux molécules, les trois étant en faveur de l’ustékinumab. Tous les experts sont en accord pour utiliser le védolizumab en cas d’échec de l’ustékinumab.