John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Quand la pancréatite est biliaire… Quelques erreurs à éviter Volume 26, supplément 2, Novembre 2019

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteur
Hôpital Beaujon, Service de gastroentérologie-pancréatologie, 92118 Clichy cedex
* Correspondance

L’origine biliaire d’une pancréatite aiguë (PA) doit être systématiquement évoquée devant une élévation initiale des transaminases. L’échographie abdominale faite précocement est indispensable dans le bilan d’une PA, car elle permet de rechercher des calculs vésiculaires et/ou des voies biliaires. Si l’échographie transpariétale est normale ou non contributive, seule l’échoendoscopie permettra d’éliminer formellement le diagnostic de lithiase vésiculaire. Chez un patient déjà cholécystectomisé, la survenue d’une PA avec perturbations du bilan hépatique doit faire évoquer une lithiase biliaire résiduelle ou de novo, une lithiase intrahépatique, une dysfonction du sphincter d’Oddi ou un diverticule duodénal parapapillaire.

La cholécystectomie est le traitement de la cause de la PA biliaire et doit être proposée rapidement en raison du risque de récidive d’événement bilio-pancréatique (incluant une nouvelle PA, une angiocholite, une cholécystite, ou des coliques hépatiques). Elle ne doit pas être récusée au seul motif de l’âge. Elle est également indiquée chez les patients qui ont déjà eu une sphinctérotomie endoscopique biliaire. La CPRE avec sphinctérotomie biliaire en urgence ne réduit pas le risque de complication et de décès en cas de PA biliaire grave, elle n’est indiquée qu’en cas d’angiocholite ou de dilatation de la voie biliaire principale associée à une élévation de la bilirubine.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International