John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Nouveaux marqueurs pronostiques de la cirrhose Volume 21, numéro 2, Février 2014

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
Auteurs
Hôpital Jean Minjoz,
service d’hépatologie et de soins intensifs digestifs,
25030 Besançon,
France
* Tirés à part

Déterminer le pronostic des patients atteints de cirrhose de manière simple et fiable est difficile. Les scores pronostiques de Child-Pugh et MELD sont couramment utilisés mais ne rendent pas toujours compte d’événements surajoutés pouvant influencer le pronostic. Il apparaît que la translocation bactérienne intestinale est un phénomène incontournable dans l’apparition des complications de la cirrhose. Un certain nombre de variables biologiques (CRP, cortisol libre sérique, copeptine, antigène du facteur Willebrand), témoins d’un « stress inflammatoire », ont été récemment identifiées comme des marqueurs potentiellement pronostiques chez les patients cirrhotiques. Bien que l’intérêt soulevé par ces marqueurs provienne d’études pilotes ayant parfois des effectifs modestes, ces nouveaux marqueurs permettent d’entrevoir les mécanismes physiopathologiques conduisant à l’aggravation de la cirrhose. Ces nouvelles données devraient nous encourager à produire d’autres études pour évaluer le rôle de la prévention de la translocation bactérienne intestinale et aussi de la thrombose microcirculatoire dans l’aggravation de la fonction hépatique et de l’hypertension portale. Le contrôle de l’infection est capital chez le patient cirrhotique. Parmi tous les acteurs de l’immunité, la vitamine D a un rôle anti-infectieux largement sous-estimé et pourrait avoir une valeur pronostique.