John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Méthodes alternatives à la cytologie pour le diagnostic d’infection spontanée du liquide d’ascite chez le patient cirrhotique Volume 24, numéro 10, Décembre 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
Hôpital Jean Minjoz, service d’hepatologie et de soins intensifs digestifs, 25030 Besançon, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : infection d’ascite, diagnostic, cirrhose
  • DOI : 10.1684/hpg.2017.1547
  • Page(s) : 1058-66
  • Année de parution : 2017

L’infection spontanée du liquide d’ascite (ISLA) est une complication fréquente touchant 10 à 30 % des patients cirrhotiques hospitalisés avec une ascite et aggrave considérablement l’histoire naturelle de la cirrhose (plus de 60 % de décès à un an). La cytologie du liquide d’ascite avec comptage manuel des polynucléaires neutrophiles (PNN) au microscope optique est la méthode diagnostique de référence de l’ISLA, définie par un taux de PNN dans l’ascite > 250/mm3, quel que soit le résultat de la culture du liquide d’ascite. Cependant, cette méthode présente comme principaux inconvénients un coût non négligeable, un délai d’obtention des résultats parfois long, une variabilité inter- et intra-observateur nécessitant un personnel expérimenté, et une accessibilité non optimale. D’autres méthodes diagnostiques de l’ISLA tentent de concurrencer la cytologie ; nous résumerons, dans cette mini-revue, les résultats obtenus avec les bandelettes réactives et la spectroscopie infrarouge, et avec le dosage dans l’ascite de la calprotectine, de la lactoferrine, de la protéine NGAL et du TREM-1. Parmi toutes ces méthodes, seule la bandelette réactive Periscreen® pourrait être utilisée chez les patients cirrhotiques ascitiques ambulatoires, du fait de ses performances diagnostiques excellentes (sensibilité et valeur prédictive négative de 100 %).