John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Hépatite alcoolique : actualités et perspectives thérapeutiques Volume 11, numéro 3, Mai-Juin 2004

Auteurs
Service de Gastroentérologie et d’Hépatologie, Hôpitaux universitaires de Genève, 24, rue Micheli‐du‐Crest, CH‐1211 Genève 14, Suisse E‐mail : Laurent.Spahrhcuge.ch
  • Mots-clés : hépatite alcoolique, corticostéroïdes, TNFα, nutrition, anticorps monoclonaux, pentoxifylline
  • Page(s) : 181-7
  • Année de parution : 2004

Le diagnostic de l’hépatite alcoolique repose sur des éléments histologiques. L’absence de prise en compte de cet aspect dans plusieurs essais cliniques anciens est à l’origine de la controverse quant au bénéfice des stéroïdes dans cette affection. Une méta‐analyse récente permet actuellement de conclure à l’efficacité d’une corticothérapie de 4 semaines lors de l’hépatite alcoolique grave (qui se définit par un score pronostique de Maddrey ≥ 32). Malgré un bénéfice de survie évident, la mortalité résiduelle reste élevée. Des progrès récents permettent de prédire de façon précoce la réponse aux stéroïdes. L’effet bénéfique de la nutrition entérale pourrait être indirectement lié à une diminution du risque d’infection. Il existe des perspectives thérapeutiques qui sont fondées sur l’inhibition spécifique de mécanismes inflammatoires où le TNFα joue un rôle clé. Des essais cliniques utilisant l’infliximab, la pentoxifylline et la dialyse Mars lors d’hépatites alcooliques graves sont commentés.