John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

MENU

Évolution du traitement des métastases hépatiques colorectales : vers une définition de l’épargne parenchymateuse Volume 25, numéro 3, Mars 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteur
Institut Bergonié, Université de Bordeaux, ESSO/EORTC, 229 cours de l’Argonne 33076 Bordeaux Cedex, France
* Tirés à part
  • Mots-clés : métastases hépatiques colorectales, hépatectomie, ablation, embolisation portale, chimiothérapie d’induction
  • DOI : 10.1684/hpg.2018.1588
  • Page(s) : 248-55
  • Année de parution : 2018

Les métastases hépatiques colorectales (MHCR) ont permis à la chirurgie de s’introduire dans le traitement de la maladie métastatique, domaine qui ne lui était pas initialement naturel. L’histoire de cette chirurgie est emblématique de l’évolution de la chirurgie oncologique : d’abord timide puis de plus en plus agressive avant d’amorcer une désescalade recentrée sur des buts redéfinis. Comme souvent en chirurgie, la technique a souvent primé sur la compréhension de la biologie avant que l’homéostasie hépatocytaire capable de compenser les agressions chirurgicales soit comprise aussi comme un risque majeur de stimulation de la croissance tumorale. Aujourd’hui, la biologie éclaire les choix chirurgicaux. Seules les métastases sont des cibles et le parenchyme sain doit être préservé au mieux. Il faut enlever le minimum à chaque opération pour pouvoir opérer plusieurs fois le patient si nécessaire. Le recours aux techniques hypertrophiantes ainsi que les techniques en deux temps doit être limité au seul risque d’insuffisance hépatique postopératoire. Ainsi se trouve être définie la prise en charge moderne des MHCR par chirurgie d’épargne parenchymateuse, approche plus « chimio-compatible » que la chirurgie extensive et donc facilitatrice d’un dimensionnement thérapeutique multidisciplinaire. Demain, la biologie moléculaire permettra de mieux sélectionner les patients pouvant bénéficier d’un traitement local.