John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Dysfonction du sphincter d'Oddi Volume 9, numéro 2, Mars - Avril 2002

  • Auteur(s) : Philippe GRANDVAL, René LAUGIER
  • Mots-clés : dysfonction oddienne, sphinctérotomie, scintigraphie biliaire, manométrie oddienne.
  • Page(s) : 93-101
  • Année de parution : 2002

Résumé : La dysfonction du sphincter d'Oddi est une affection fonctionnelle dont la pathogénie n'est pas encore clairement comprise, survenant essentiellement chez des patients cholécystectomisés. Il s'agit généralement de patients présentant un passé de douleurs d'allure biliaire ou de pancréatites aiguës récurrentes, présentant ou non une dilatation du cholédoque (ou du canal de Wirsung) et une perturbation des tests biologiques hépatiques. La manométrie oddienne, réalisée lors d'une cholangiographie rétrograde ou d'une scintigraphie biliaire, peuvent apporter la preuve de l'hypertonie sphinctérienne, critère indispensable pour poser l'indication d'une sphinctérotomie endoscopique. Celle-ci est efficace dans 63 % à 91 %. Cependant, l'indication du traitement endoscopique est difficile. En l'absence de preuve directe ou indirecte d'hypertonie, la réponse thérapeutique à une sphinctérotomie est de 25 % à 38 %, alors même que le geste a un effet placebo de 30 %. De plus, le taux de pancréatites aiguës associées à la sphinctérotomie dans cette indication est élevé (37,5 %) et le choix entre la manométrie, examen de référence mais invasif, et la scintigraphie biliaire, apportant des preuves indirectes de spasme oddien, reste débattu. Lorsque la sphinctérotomie n'est pas indiquée, l'alternative est un traitement médical à base d'inhibiteurs calciques ou de dérivés nitrés.

Illustrations

Ouvrir l'onglet