John Libbey Eurotext

Hépato-Gastro & Oncologie Digestive

Description et intérêt de l’IRM dans le cadre des fistules anopérinéales Volume 14, numéro 4, Juillet-Août 2007

Auteurs
Département d’imagerie médicale, Hôpital Bichat Claude Bernard, 75018 Paris, Unité de proctologie médico-chirurgicale, Hôpital Bichat Claude Bernard, 75018 Paris
  • Mots-clés : fistule anopérinéale, imagerie par résonance magnétique, suppuration
  • DOI : 10.1684/hpg.2007.0108
  • Page(s) : 257-64
  • Année de parution : 2007

L’IRM constitue une modalité d’imagerie de choix dans le cadre du bilan diagnostique et préthérapeutique des fistules anopérinéales. Compte tenu de ses capacités d’exploration multiplanaire, l’IRM permet une étude non seulement canalaire et périnéale mais également pelvienne en cas de fistule anopérinéale complexe. Cette revue envisage les indications de l’IRM, en complément de l’examen clinique et de l’exploration endosonographique en reprenant les données récentes de la littérature. Par ailleurs, cet article décrit en détail la technique d’examen IRM nécessaire à la réalisation d’une exploration de qualité. En pratique courante, nous utilisons une IRM 1,5 Tesla avec une antenne externe en réseau phasé, en combinant une étude en pondération T2 pelvipérinéale et une étude centrée sur le canal anal. Pour l’étude canalaire, les séquences de suppression du signal de la graisse appelées « FAT SAT » et l’injection de gadolinium sont réalisées de façon systématique. La sémiologie IRM des trajets fistuleux et de leurs complications est illustrée dans les différentes pondérations. Cette revue souligne l’importance d’une étroite collaboration entre le clinicien et le radiologue afin d’optimiser la prise en charge des suppurations complexes.