John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Une hématologie unifiée Volume 3, numéro 5, Septembre-Octobre 1997

Auteurs
  • Page(s) : 405-6
  • Année de parution : 1997

Il y a quelques mois, votre revue faisait part d'un projet ambitieux: réunir au sein de la Société Française d'Hématologie l'ensemble des actions scientifiques et professionnelles intéressant notre discipline. Depuis quelques années, ces deux missions sont prises en charge par deux structures distinctes. La diffusion de l'hématologie scientifique et le soutien de la recheche reviennent à la Société Française d'Hématologie. La promotion de l'hématologie médicale clinique et biologique est la mission du Collège Français des Hématologistes. À la première revient le soin d'organiser le congrès annuel, de diffuser les connaissances par le canal d'Hématologie et de soutenir nos jeunes collègues en distribuant des bourses et des prix. À la deuxième échoit la mission de réfléchir aux frontières et interfaces de l'hématologie médicale, de définir les structures et filières de formation, d'évaluer les pratiques et d'harmoniser la composition des instances nationales universitaires d'évaluation. Nier la complémentarité de ces actions et la nécessité de leur coordination serait méconnaître la nature profonde de l'hématologie dans notre pays. L'unicité scientifique de l'hématologie, parfois mise en doute au sein de certaines instances, est due pour une grande part à l'utilisation des maladies hématopoïétiques comme modèles d'étude. Inversement, la politique de formation en hématologie, les réflexions sur les structures et sur les instances d'évaluation ne peuvent se concevoir en dehors d'un contexte scientifique qui influe quotidiennement sur les pratiques diagnostiques et thérapeutiques. L'idée de réunir les missions des deux associations au sein d'une Société élargie, née de réflexions des conseils et de nombreuses discussions informelles entre collègues a fini donc par s'imposer. Elle ne pouvait qu'améliorer la lisibilité de l'action de l'hématologie vis-à-vis des tutelles universitaires, scientifiques et médicales et renforcer le poids de notre discipline. Dans un premier temps, une commission mixte issue des conseils d'administration des deux associations a précisé le cadre de cette union. Le point fondamental était d'obtenir une synergie et de conserver l'efficacité démontrée des deux structures dans l'accomplissement de leurs missions respectives. Il apparaissait déraisonnable de confier au seul conseil d'administration de la Société la lourde charge des missions du Collège sans le détourner d'autres tâches indispensables. La création d'un nouveau conseil chargé des questions hospitalières, universitaires et professionnelles était indispensable. L'action de cette nouvelle structure chargée d'élaborer la politique professionnelle de la Société se devait d'être coordonnée avec celle du conseil d'administration de la Société. Finalement, il apparaissait crucial de maintenir un fonctionnement collégial au sein de cette structure, ce fonctionnement étant le garant du respect de ses missions. Ces principes ont prévalu pour l'élaboration du projet de statuts qui seront prochainement soumis à l'assemblée générale de la Société Française d'Hématologie: création d'un Conseil hospitalier, universitaire et professionnel reprenant les missions de l'actuel Collège des Hématologistes Français, définition de procédures collégiales d'élection, création d'interfaces fortes et efficaces entre ce Conseil et le conseil d'administration de la Société et élaboration de procédures de concertation entre les instances de la Société, voici les principaux apports de cette modification majeure des statuts de la Société. Nous ne doutons pas de la nécessité d'une telle évolution qui représente à nos yeux une étape importante dans la construction de l'hématologie française.