John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Prévention et prise en charge des mucites et candidoses radio- et/ou chimio-induites Volume 22, numéro 3, Mai-Juin 2016

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
Fadila Farsi et le groupe de travail mucites et candidosesa 2
1 CH Valenciennes, EMSP Secrétariat EMSSP, Valenciennes
2 Réseau Espace Santé Cancer, Lyon
3 Centre Hospitalier Montpensier, Trévoux
* Tirés à part
a Coordination. Boulot Patricia (médecin généraliste algologue, Trévoux), Plançon Morgane (médecin douleur et soins palliatifs, Valenciennes), Thevenet Géraldine (cadre de santé, Lyon). Membres du groupe de travail. Ambard Nadine (cadre de santé, Lyon), Block Véronique (pharmacien, Vandoeuvre-lès-Nancy), Boulot Patricia, (médecin généraliste, Trévoux), Chanel Dominique (pharmacien, Trévoux), Cuny Cyrille (pharmacien, Montrottier), Debrabant Romain (chef de projets, Lyon), Eche Gass Audrey (oncologue médical, Toulouse), Labrosse-Canat Hélène (pharmacien, chef de projets, Lyon), Luporsi Elisabeth (oncologue médical, Vandoeuvre-lès-Nancy), Mocq Olivier (oncologue médical, Praz Coutant), Plancon Morgane (médecin douleur et soins palliatifs, Valenciennes), Thevenet Géraldine (cadre de santé, Lyon), Vigarios Emmanuelle (médecin bucco-dentaire, Toulouse), Vincent Caroline (pharmacien, Grenoble). Lien référentiel interrégional : http://espacecancer.sante-ra.fr/Ressources/referentiels/J2R-2015-mucites-candidoses.pdf
  • Mots-clés : cancer, mucites, candidoses, prévention, traitement
  • DOI : 10.1684/hma.2016.1140
  • Page(s) : 197-205
  • Année de parution : 2016

Les mucites sont des effets secondaires fréquents chez les patients atteints de cancer et traités par chimiothérapie et/ou radiothérapie. Ces toxicités buccales sont très douloureuses, d’évolution rapide, et peuvent donc être limitantes pour le traitement du cancer. Le référentiel de l’Association francophone de soins oncologiques de support (Afsos) est issu de l’analyse des données de la littérature scientifique et médicale ainsi que des dernières recommandations publiées. Il rassemble des préconisations en matière de préventions, d’évaluation de l’état de la bouche et du grade de la mucite. Une synthèse des données disponibles sur les nouvelles techniques de prévention (laser basse énergie, palifermine [KGF, pour keratinocyte growth factor], cryothérapie) permet de discuter leur place dans cette indication. Les préconisations de prise en charge des symptômes et des lésions en fonction du grade de la mucite sont proposées, de même que la conduite à tenir en présence d’autres atteintes (candidoses, aphtes, herpès, bouche malodorante, perlèche), en faisant notamment le point sur les bains de bouche.