John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Physiopathologie de la recombinaison V(D)J du SCID T-B- à la leucémie Volume 5, numéro 1, Janvier-Février 1999

Auteur

La recombinaison V(D)J est le mécanisme qui assure le développement d’un système immunitaire diversifié par le réarrangement somatique des gènes codants pour les Ig et le TCR. L’initiation de la recombinaison V(D)J est spécifique des lymphocytes T et B immatures et fait intervenir une cassure double brin de l’ADN par les protéines RAG1 et RAG2. La machinerie cellulaire d’identification et de réparation des dommages à l’ADN, en particulier le complexe Ku/ADN-PK, reconnaît cette cassure et achève la réaction par la formation des joints codants et joints signaux. La recombinaison V(D)J est un mécanisme hautement régulé dont les anomalies peuvent entraîner un déficit immunitaire sévère (SCID) par défaut ou participer aux processus de leucémogenèse par excès. L’analyse moléculaire des SCID T-B- et du syndrome d’Omenn chez l’homme ainsi que d’autres modèles chez l’animal ont permis des avancées importantes dans la compréhension de la recombinaison V(D)J, tant sur le rôle respectif des protéines RAG1 et RAG2 que sur les différents facteurs impliqués dans l’étape de réparation de l’ADN. Ces résultats sont venus compléter les données fondamentales obtenues dans les systèmes acellulaires de recombinaison V(D)J in vitro à partir des protéines RAG1 et RAG2 hautement purifiées. Inversement, c’est à partir de ces modèles in vitro qu’une fonction transposase des protéines RAG1 et RAG2 a été mise en évidence, activité qui pourrait expliquer certains processus de translocations chromosomiques dans les hémopathies malignes.