John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Maladie résiduelle dans la leucémie aiguë lymphoblastique de l’adulte : aspects cliniques Volume 26, supplément 1, Avril 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteur
IUCT Oncopôle, Toulouse, France
* Tirés à part

Nous illustrons par trois cas cliniques le rôle de la maladie résiduelle (MRD) dans les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL) Philadelphie-négatives (Ph-) et positives (Ph+). Nous analysons notamment la fréquence de négativation de cette MRD, son impact pronostique et son rôle prédictif de l’efficacité des différentes stratégies thérapeutiques. Dans les LAL Ph- de la lignée B ou T traitées par chimiothérapie, les taux de MRD négative (MRD-) en fin d’induction et/ou en cours de consolidation oscillent entre 60 et 90 %. L’incidence cumulée de rechute, autour de 30 % chez les patients MRD-, s’élève à 60 % chez les patients MRD-positifs (MRD+). La MRD est le facteur pronostique le plus puissant par rapport aux facteurs clinicobiologiques classiques. Les patients MRD+ bénéficient de la greffe allogénique de cellules souches hématopoïétiques, alors que les patients MRD- ont le même devenir avec ou sans greffe. Des tendances similaires sont observées avec les agents immunothérapiques, blinatumomab et cellules T à récepteurs antigéniques chimériques, qui produisent des taux de MRD- très élevés. Cependant, la question d’épargner la greffe chez les patients devenus MRD- après avoir reçu ces agents en rechute, ou en rémission avec MRD+, reste en débat. Dans les LAL Ph+, il existe une plus grande hétérogénéité quant aux taux de négativation de la MRD et à son impact pronostique, en fonction de la technique de détection utilisée (suivi du transcrit BCR-ABL1 ou du réarrangement Ig/TCR), du régime de chimiothérapie, et de l’inhibiteur de tyrosine-kinase (ITK). Bien que la greffe reste le standard de traitement de cette maladie, des arguments forts suggèrent que les patients MRD- pourraient avoir un devenir favorable sans greffe à l’ère des ITK puissants et de l’immunothérapie. Des essais cliniques posant cette question sont en cours.

Licence Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International