John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les progéniteurs endothéliaux comme produit de thérapie cellulaire des pathologies cardiovasculaires ? Volume 16, numéro 3, mai-juin 2010

Auteurs
Université Paris-Descartes, Inserm Unité 765, Laboratoire d'hématologie, Faculté de pharmacie, 4 avenue de l'observatoire, 75006 Paris, Service d'hématologie biologique, Hôpital européen Georges-Pompidou, Paris, Inserm Unité 745, Laboratoire de génétique, Faculté de pharmacie, 4 avenue de l'observatoire, 75006 Paris, Laboratoire d'oncogénétique, Centre René-Huguenin, Saint-Cloud

L'injection de progéniteurs endothéliaux (PEC) cultivés ex vivo ou provenant de cellules mononucléées médullaires a montré une efficacité dans les modèles précliniques et cliniques de néovascularisation. Cependant, l'origine et la définition exacte de la population de cellules responsable de ces bénéfices cliniques restent controversées. Étant donné l'utilité potentielle des PEC comme produit de thérapie cellulaire, leur caractérisation moléculaire est primordiale. Nous décrivons ici les deux principaux types de PEC obtenus en culture cellulaire, et la mise en évidence par notre équipe des BMP2/4 comme marqueurs de PEC tardifs qui, de plus, jouent un rôle important dans la différenciation et l'expansion des PEC. Cette revue récapitule également les différentes méthodes décrites pour l'expansion ex vivo des PEC qui, dans la plupart des cas, sont issus de sang de cordon et s'avèrent difficilement transposables aux PEC de sang adulte. Ainsi, une des possibilités thérapeutiques serait de dériver des cellules endothéliales à partir de cellules souches embryonnaires (cellules ES) ou, mieux encore, de cellules « iPS » (induced pluripotent stem cells) produites à partir de cellules adultes autologues. Leur utilisation comme produit de thérapie cellulaire des maladies cardiovasculaires pose encore actuellement des problèmes éthiques, d'une part, en ce qui concerne les cellules ES, et d'effets indésirables d'autre part, comme le risque de formation de tératomes. Enfin, la meilleure compréhension des facteurs impliqués dans les propriétés de pluripotence, d'autorenouvellement et de différenciation permettra de mieux maîtriser la biologie des cellules souches adultes.