JLE

Hématologie

MENU

Les doigts de zinc (2) : les récepteurs hormonaux nucléaires Volume 3, numéro 4, Juillet - Août 1997

Auteur
  • Page(s) : 351-3
  • Année de parution : 1997

Les hormones lipophiles (stéroïdes, rétinoïdes, hormones thyroïdiennes, prostaglandine J2, vitamine D3) sont de puissants régulateurs du développement, de la différenciation et de la physiologie. Ces petites molécules sont capables de pénétrer dans les cellules pour se fixer sur des récepteurs spécifiques situés dans le cytosol et/ou dans le noyau. Ces récepteurs, appelés récepteurs hormonaux nucléaires, régulent directement la transcription par fixation à l'ADN. Ils constituent la plus grande famille de facteurs de transcription [1]. Outre les récepteurs proprement dits, cette famille comporte des protéines dont aucun ligand n'est connu, et qui sont appelées des récepteurs nucléaires orphelins.