John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les difficultés d’annoncer la maladie grave pour les hématologistes français Volume 20, supplément 1, Mars 2014

Auteurs
Service d’hématologie et thérapie cellulaire, CHU Bretonneau, Tours, Département de psycho-oncologie, Institut Gustave-Roussy, Villejuif, Pôle de la cancérologie, Université Joseph-Fourier, Grenoble

Cette étude avait pour objectif d’étudier les raisons des difficultés par les hématologues français à annoncer une mauvaise nouvelle à un patient atteint d’hémopathie maligne. Un questionnaire comprenant trois parties a été envoyé aux 917 membres de la Société française d’hématologie (SFH) par courrier électronique. La première partie incluait des renseignements socio-démographiques. La deuxième comprenait 14 items évaluant le niveau de difficultés à annoncer une mauvaise nouvelle et les raisons de ces difficultés : était-ce lié à la peur de provoquer des réactions chez les patients ou à la peur de se mettre en danger ? La troisième partie évaluait le ressenti des médecins avant, pendant et après l’annonce, et les médecins devaient qualifier leurs compétences et leur formation en communication. Résultats. Cent dix-sept hématologues ont complété le questionnaire. 58,1 % disent ne pas éprouver de difficulté à annoncer une mauvaise nouvelle. En cas de difficultés, celles-ci apparaissent plus liées à la peur de se mettre en difficulté qu’à la peur de provoquer des réactions chez le patient : crainte de ne pas savoir réagir devant les émotions du patient (p < 0,0001), souffrance en parlant de la mort avec le patient (p = 0,0020), crainte d’ôter tout espoir au malade (p = 0,0039), crainte de ne pas savoir répondre aux questions du patient (p = 0,0139). Ces difficultés apparaissent dépendantes des compétences (p < 0,05) et de la formation en communication des médecins (p < 0,01), les compétences en communication apparaissant liées à la formation (p < 0,0001). Conclusion. Il apparaît que l’annonce d’une mauvaise nouvelle est difficile pour presque la moitié des hématologues ayant répondu au questionnaire. La relation de ces difficultés avec les compétences et la formation incite à repenser les études médicales en y introduisant l’apprentissage de la communication médecin-malade. Ce sujet devrait également être travaillé durant le DES d’hématologie (séminaire et compagnonnage).