John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Les concentrés plaquettaires en transfusion sanguine : préparation, normes et principes de sécurité pour une meilleure tolérance et l’éviction d’effets indésirables Volume 19, numéro 6, Novembre-Décembre 2013

Auteurs
EA3064/GIMAP, Université de Lyon/Saint-Étienne, Saint-Étienne, France, Établissement français du sang Auvergne-Loire, Saint-Étienne, France

Les concentrés plaquettaires (CP) – comme les autres produits sanguins labiles (PSL) – sont issus de dons de sang ou de ses composants. La réglementation impose des critères stricts pour le don, la préparation des produits individuels ou de mélanges, la qualification et la conservation, mais aussi pour les spécifications qui définissent le produit, en particulier pour ce qui concerne son contenu en principe actif thérapeutique, ainsi – le cas échéant – que les étapes et produits intermédiaires, qui – tous – doivent figurer sur l’étiquette du PSL. Malgré les efforts considérables d’homogénéisation qui ont été entrepris, il demeure des facteurs de variabilité dans les produits, dont tous ceux qui sont liés aux caractéristiques génétiques et, le cas échéant, métaboliques des donneurs. À cela s’ajoutent des facteurs de variabilité dans les processus de préparation, qui utilisent des dispositifs différents, ainsi que la variabilité de l’âge du PSL à délivrance, puisqu’il s’agit d’un produit vivant, ce qui est particulièrement sensible avec les produits cellulaires comme les CP. Enfin, les receveurs (patients transfusés), très divers de par leurs caractéristiques génétiques, d’une part, et pathologiques (cause de la transfusion) d’autre part, sont une troisième composante de la variabilité de la triade transfusionnelle : donneur/don-produit-patient. Un certain nombre d’effets indésirables des receveurs (EIR) peuvent ainsi apparaître au décours des épisodes transfusionnels, et particulièrement après les transfusions de CP. Cette revue a pour principaux objectifs de présenter les différents modes de préparation des CP et de souligner les étapes qui peuvent donner lieu à des altérations des cellules (plaquettes) ainsi que les pistes d’amélioration qui peuvent être retenues. Les modes de préparation et de conservation des CP s’avèrent en effet être des facteurs très sensibles, rendant compte de la survenue possible d’EIR en ce sens qu’en sus du produit actif, il existe des dérivés biologiquement actifs, soit déclenchés par le processus, soit amplifiés pendant la conservation des produits. Un focus particulier sera fait sur les EIR revêtant des aspects inflammatoires, qui pour une large part déroulent de la physiologie des plaquettes elles-mêmes ; cette revue permettra de rappeler les mécanismes d’activation des plaquettes, dont certains – stériles – sont ou peuvent être mis en jeu pendant la préparation et la conservation des produits.