John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Le Registre national de donneurs de cellules hématopoïétiques : fonctionnement et résultats Volume 9, numéro 5, Septembre-Octobre 2003

Auteur
France‐Greffe de moelle, hôpital Saint‐Louis, 1, avenue Claude Vellefaux, 75475 Paris, cedex 10, France  

Jusqu‘en 1970, la greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) était réalisée uniquement à partir de donneurs familiaux. Grâce à la création de Registres de donneurs volontaires, un nombre croissant de malades sont greffés avec un donneur non apparenté phéno‐identique. Le registre français, dénommé France greffe de moelle (FGM), fut développé à partir de 1987 et les 113 680 donneurs qui le composent au 1 er mars 2003 font partie des 8 millions de donneurs répertoriés dans le monde. L‘information sur le don de moelle est dispensée aux donneurs se présentant dans les Établissements français du sang (EFS) et plus largement à la population générale par l‘Établissement français des greffes (EfG), par des associations et les services de greffe. FGM, à réception d‘une prescription nationale ou internationale de recherche de donneurs ou d‘unités de sang placentaire nationaux ou internationaux, agit comme interface entre les centres donneurs, les centres receveurs et les registres internationaux. FGM fournit au médecin greffeur toutes les informations concernant le donneur compatible sélectionné. Le choix final est sous le responsabilité du médecin greffeur. FGM a initié, dès 1989, l‘organisation des réseaux télématiques entre les registres européens et participe activement à la standardisation des échanges d‘information au niveau mondial. FGM adhère aux standards de l‘organisation mondiale des registres (WMDA). Cette collaboration permet à 75 % des patients nationaux d‘être greffés avec un donneur international avec un niveau de compatibilité HLA défini au niveau allélique. En collaboration très étroite avec la SFGM‐TC (Société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire), FGM a validé de nouvelles procédures telles que le prélèvement de cellules souches périphériques lors d‘un premier ou d‘un second don. FGM participe à des programmes de recherche européens qui devraient aboutir à une optimisation des registres par l‘apport de phénotypes HLA non encore présents dans les fichiers.