John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

La transfusion dans les hémopathies en fin de vie : aspects éthiques et organisationnels Volume 16, numéro 3, mai-juin 2010

Auteurs
Service d'hématologie clinique, Hôpital Saint-Antoine, 184 rue du faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris, Centre hospitalier Robert-Boulin, Libourne, Espace Bioéthique Aquitain, Bordeaux, CHU de Tours

Les indications transfusionnelles chez les patients atteints d'hémopathie et en fin de vie sont fondées sur l'alliance des aspects éthiques et des bonnes pratiques. La transfusion, qui se situe ici aux confins du traitement et du soin, repose sur une juste prescription et sur le consentement après information. Les décisions, qu'il s'agisse de poursuivre ou d'arrêter, prennent en compte la proportionnalité des soins et doivent s'inscrire dans une dynamique participative. Les pratiques transfusionnelles, dans ce contexte, ne diffèrent en rien de celles ayant cours en phase curative en termes de sécurité. Elles seront d'autant mieux ajustées aux besoins cliniques qu'elles s'intégreront dans un projet de soins personnalisé, et que l'on aura anticipé leurs limites en matière de coût et d'efficacité. La transfusion illustre le dilemme d'administrer un traitement qui peut prolonger la vie en situation d'échec thérapeutique, sans pour autant franchir le seuil de l'obstination déraisonnable.