John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

La place de la TEP au FDG dans l’évaluation des lymphomes Volume 15, numéro 4, juillet-août 2009

Auteurs
Service de médecine nucléaire, CHU de Nantes, 5, allée de l’Île-Gloriette, 44093 Nantes, France, CRCNA Inserm U892, 9, quai Moncousu, 44093 Nantes cedex, France, Service de médecine nucléaire, CHU de Brest, 2, avenue Foch, 29609 Brest cedex, France, Service de médecine nucléaire, CHU de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble cedex, France, Inserm U877, 38041 Grenoble cedex 09, France, Service de médecine nucléaire, centre René-Gauducheau, 44805 Saint-Herblain, France

La place de la TEP dans l’évaluation des lymphomes B diffus à grandes cellules (LBDGC) et des lymphomes hodgkiniens (LH) est validée. L’impact clinique de la TEP enregistrée en fin de parcours thérapeutique est indiscutable. Des recommandations doivent être suivies pour l’interprétation des images. La TEP est fortement recommandée lors du bilan initial de la maladie, car c’est un examen de référence qui facilite l’interprétation de fin de traitement et permet d’évaluer l’extension de la maladie avec une sensibilité et une spécificité supérieure à la TDM. La valeur pronostique des évaluations intermédiaires apparaît certaine dans le LBDGC et le LH, mais l’impact d’un changement thérapeutique précoce induit par la TEP reste à déterminer. Les critères d’interprétation des évaluations précoces sont à standardiser. Pour les autres types de lymphomes, la TEP peut avoir un intérêt pour confirmer les stades localisés, notamment pour les lymphomes folliculaires et orienter la biopsie chez un malade atteint d’un lymphome de bas grade suspect de transformation agressive.