John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Identité moléculaire des récepteurs à l'ADP des plaquettes : physiologie et pharmacologie Volume 4, numéro 2, Mars-Avril 1998

Auteurs

Les nucléotides extracellulaires interagissent avec des récepteurs de type P2 purinergiques pour réguler de nombreux processus physiologiques parmi lesquels l'agrégation plaquettaire. La famille des récepteurs P2 est divisée en deux groupes principaux : les récepteurs métabotropes, couplés aux protéines G et appelés récepteurs P2Y, et les récepteurs ionotropes qui sont des canaux ioniques appelés P2X. L'agrégation plaquettaire induite par l'ADP joue un rôle prépondérant dans le développement et l'extension des thromboses artérielles. Cependant, et quoique l'ADP ait été le premier des agents agrégants plaquettaires à être identifié, son récepteur à la surface des plaquettes est resté inconnu pendant longtemps. Ce récepteur, appelé P2T, a pour caractéristique d'avoir pour agoniste l'ADP et pour antagoniste l'ATP et ses analogues triphosphates. En réalité, au moins deux récepteurs à l'ADP sont responsables des multiples effets de l'ADP sur les plaquettes : le récepteur P2Y1, présent également sur les cellules endothéliales, pour lequel on a montré qu'il est un récepteur à l'ADP et que l'ATP en est l'antagoniste, probablement responsable de l'agrégation induite par l'ADP, et le récepteur P2X1, présent également sur le muscle lisse vasculaire, responsable d'une entrée rapide du calcium dans les plaquettes. De nombreuses ecto-enzymes présentes à la surface des cellules endothéliales et des plaquettes régulent les taux des nucléotides et participent ainsi à l'état thrombogène du système cardiovasculaire. Ainsi, lors d'une lésion vasculaire, le système purinergique dans son ensemble participe à l'hémostase. De plus, ce système purinergique régule d'autres processus de la physiologie cardiovasculaire tels que le tonus vasculaire, la fréquence et la contractilité cardiaques, où les plaquettes peuvent jouer un rôle. Le fait que les différents tissus expriment les mêmes récepteurs pose le problème de la sélectivité de la modulation pharmacologique.