John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Difficultés pour classer une leucémie aiguë myéloïde diagnostiquée au décours d’une crise hémolytique Volume 24, numéro 3, Mai-Juin 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
Service d’hématologie biologique, Hôpital Avicenne, APHP, Bobigny
* Tirés à part

Nous rapportons ici le cas d’une leucémie aiguë myéloïde diagnostiquée au décours d’une crise hémolytique suite au traitement d’un accès palustre par de la quinine, révélant un déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase. Il s’agit d’un homme de 74 ans, sans antécédents, présentant une anémie sévère régénérative avec une blastose circulante et une importante érythroblastémie d’entraînement. Le myélogramme montre un pourcentage de blastes limité (10 %) du fait d’une importante hyperplasie de la lignée érythroblastique. Le caryotype ne présente pas d’anomalies acquises. Au total, le diagnostic retenu est celui de leucémie aiguë myéloïde sans autre spécification selon l’Organisation mondiale de la santé 2016 malgré la blastose médullaire inférieure à 20 % et la composante érythroïde prépondérante. Ce cas illustre la difficulté de classer une leucémie aiguë diagnostiquée de façon concomitante à une anémie hémolytique.