John Libbey Eurotext

Hématologie

MENU

Cellules souches mésenchymateuses et immunotolérance : vers quelles applications cliniques ? Volume 13, numéro 4, Juillet-Août 2007

Auteurs
Inserm, U844, 34091 Montpellier, France, Université montpellier 1, UFR de médecine, 34000 Montpellier, France, Unité de thérapie cellulaire et génique, Hôpital Saint-Eloi, 34295 Montpellier, France, Adresse actuelle : Cartilage Biology and Orthopaedics Branch, NIH, Bethesda, USA, Service d’immuno-rhumatologie, Hôpital Lapeyronie, 34295 Montpellier, France

Les cellules stromales mésenchymateuses multipotentielles, ou cellules souches mésenchymateuses (CSM), sont isolées principalement de la moelle osseuse et du tissu adipeux mais elles ont été identifiées dans d’autres tissus tels que le synovium, le périoste ou le placenta. Elles se caractérisent par leur propriété d’adhérence au plastique, leur phénotype et leur capacité de différenciation en trois lignages cellulaires (chondrocytes, ostéoblastes et adipocytes). Plus récemment, ces cellules ont montré leur capacité à échapper à la reconnaissance immunitaire et à inhiber les réponses immunes. Les CSM peuvent moduler la fonction de la majorité des populations de cellules immunitaires, incluant les cellules présentant l’antigène, les cellules T, les cellules B et les cellules natural killer. Le but de cette revue est de faire le point sur les mécanismes moléculaires, encore mal connus, qui sont responsables de l’effet immunosuppresseur induit par les CSM. Enfin, une présentation des données obtenues in vivo dans différents modèles expérimentaux ainsi que les applications thérapeutiques potentielles sont également décrites.