John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Vitamine D chez l’adulte : mise au point sur le dosage et la supplémentation Volume 16, numéro 1, Mars 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Département de gériatrie et Centre mémoire ressources recherche, Centre de recherche sur l’autonomie et la longévité, Centre Hospitalier Universitaire, Angers ; UPRES EA 4638, Université d’Angers, UNAM, Angers, France
2 Robarts research institute, Department of medical biophysics, Schulich school of medicine and dentistry, University of Western Ontario, London, ON, Canada
3 Service de rhumatologie, Centre Hospitalier Universitaire, Angers
4 Laboratoire de physiologie, Assistance Publique des Hôpitaux de Paris Necker, Paris, France
* Tirés à part

L’hypovitaminose D, fréquente en population adulte, s’accompagne de manifestations de santé délétères. Notre objectif était de proposer une mise au point sur les indications de dosage et la supplémentation vitaminique D. Chez l’adulte d’âge moyen en bonne santé, la cible de 25-hydroxyvitamine D (25(OH)D) circulante est de 50 nmol/L. Les apports naturels (exposition solaire et alimentation) sont souvent suffisants, et il n’y a pas d’indication de dosage ou de supplémentation systématique. Chez l’adulte malade ou dépendant ou fragile, les apports naturels sont généralement insuffisants, mais à encourager. Dans cette population, la supplémentation « de correction » vise à atteindre une concentration-cible de 25(OH)D de 75 nmol/L, et le schéma (200 000 à 400 000 UI per os sur 2 mois) dépend de la concentration initiale de 25(OH)D. Chez l’adulte âgé de plus de 65 ans, la supplémentation « de correction » est systématique, et vise une concentration-cible de 75 nmol/L (300 000 UI per os sur 3 mois). Quel que soit l’âge, une supplémentation « d’entretien » doit être proposée au long cours pour maintenir la concentration de 25(OH)D au-dessus de la cible. Un dosage de 25(OH)D circulante peut être utile après 9 mois pour ajuster si nécessaire la fréquence ou la posologie des suppléments.