John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

Profils aphasiques consécutifs à une lésion sous-corticale non thalamique : une revue de la littérature Volume 15, numéro 2, Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 Département de réadaptation, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada
2 Centre de recherche, Institut universitaire de santé mentale de Québec, Québec, Canada
3 Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, Québec, Canada
* Tirés à part
  • Mots-clés : accident vasculaire cérébral, aphasie, ganglions de la base, troubles du langage
  • DOI : 10.1684/pnv.2017.0666
  • Page(s) : 173-84
  • Année de parution : 2017

Le manque de données claires et récentes concernant les atteintes langagières découlant d’un accident vasculaire cérébral (AVC) sous-cortical non thalamique complique la prise en charge clinique de ces patients. L’objectif principal de cette étude consiste à recenser les déficits du langage oral rapportés suite à un AVC sous-cortical non thalamique touchant isolément les ganglions de la base et la matière blanche environnante.Une revue systématique des articles scientifiques publiés entre 1997 et 2015 a été effectuée au moyen des bases de données PubMed, PsycInfo et LLBA. Au total, 22 articles ont été retenus, permettant d’extraire les données de 114 sujets. Malgré l’hétérogénéité des résultats obtenus, ils suggèrent que les déficits affectent particulièrement les sous-composantes langagières plus complexes ou recrutant davantage les fonctions exécutives, autant en production qu’en compréhension orales (par exemple, production de phrases et de discours, compréhension de phrases). Les déficits en production semblent plus fréquents que ceux en compréhension. Une récupération spontanée rapide, particulièrement pour les déficits de compréhension et lexico-sémantiques, est également mise en lumière.