John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Prise de décision et apathie dans la maladie d’Alzheimer débutante et le Trouble léger de la cognition Volume 11, numéro 2, Juin 2013

Auteurs
Laboratoire Epsylon, Consultations mémoire, CH du val d’Ariège, Foix, France, Service universitaire de neurologie, CHU Gui-De-Chauliac, Montpellier, France, Inserm U 1061, Montpellier, France, Laboratoire Epsylon, EA 4556, Université Paul-Valery, Montpellier III, France, Service universitaire de psychiatrie, CHU La Colombière, Montpellier, France

La prise de décision et l’apathie ont des processus neuropsychologiques et des substrats neuro-anatomiques communs, mais leurs liens dans le Trouble léger de la cognition (TLC) et la maladie d’Alzheimer sont peu connus. Afin d’évaluer ces liens, nous avons comparé 20 sujets contrôles (CT), 20 patients ayant un TLC et 20 patients Alzheimer débutants (MA). Tous ont complété le mini mental state examination (MMSE), la Lille apathy rating scale (LARS, mesure multidimensionnelle de l’apathie), ainsi que la game of dice task (GDT, décision sous risque) et l’ Iowa gambling task (IGT, décision sous ambiguïté). Les groupes TLC et MA avaient des scores comparables entre eux pour la prise de décision et l’apathie, et étaient respectivement inférieurs et supérieure aux sujets contrôles. Il n’existait pas de lien entre les scores globaux d’apathie et les performances décisionnelles. Cependant, les composantes comportementale (prise d’initiative) et cognitive (curiosité intellectuelle) de la LARS étaient prédicteurs des performances à l’IGT et à la GDT, pour les groupes cliniques réunis. Ces résultats, discutés en fonction du modèle d’apathie de Levy et Dubois et du modèle décisionnel de Gleichgerrcht et al., posent notamment la question des liens de causalité entre prise d’initiative et décision sous ambiguïté.