John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Présentation clinique, paraclinique et sensibilité des scores diagnostiques de l’embolie pulmonaire aux urgences : étude rétrospective de l’effet de l’âge au CHRU de Strasbourg Volume 16, numéro 4, Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3

Tableaux

Auteurs
1 Département de gériatrie, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
2 Département de physiologie, Université de Strasbourg, EA-3072, Strasbourg, France
3 Groupe méthodes en recherche clinique, Service de santé publique, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
4 Département des urgences médico-chirurgicales adultes, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
5 Inserm, UMR 1260, Regenerative NanoMedicine, Fédération de médecine translationnelle, Université de Strasbourg, Strasbourg, France
6 Université Anglia Ruskin, Health and Wellbeing academy, Cambridge, Royaume-Uni
7 Département universitaire de médecine et santé communautaires, Centre hospitalier universitaire Vaudois, Lausanne, Suisse
* Tirés à part
  • Mots-clés : embolie pulmonaire, diagnostic, présentation clinique, personne âgée
  • DOI : 10.1684/pnv.2018.0765
  • Page(s) : 349-58
  • Année de parution : 2018

Le diagnostic d’une embolie pulmonaire (EP) reste difficile. L’objectif de cette étude était d’analyser l’effet de l’âge sur son mode de présentation clinique, paraclinique et la sensibilité des scores diagnostiques. Méthodes : Rétrospectivement, tous les patients sortis avec une EP documentée du service des urgences adultes du Centre hospitalier régional universitaire de Strasbourg sur une année ont été considérés. Selon 4 catégories d’âge (< 70, 70-74, 75-80 et > 80 ans), les données des dossiers médicaux ont été analysées et comparées. Résultats : 117 patients remplissaient les critères d’inclusion. La douleur thoracique était moins fréquente après 80 ans ; aucune différence n’a été observée concernant la syncope ou la dyspnée. Un patient sur quatre a eu une scintigraphie pulmonaire, avec une augmentation du recours avec l’âge. L’angioscanner thoracique concernait 79 % des patients avec une diminution significative de son utilisation avec l’âge. La sensibilité des scores diagnostiques était basse mais augmentait avec l’âge. Conclusion :Cette étude confirme la faible spécificité des signes cliniques et la faible sensibilité des scores diagnostiques de l’EP après 70 ans.