John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Patients souffrant de schizophrénie devenus âgés : aspects cliniques Volume 9, numéro 3, Septembre 2011

Auteurs
Service de psychiatrie de l’adulte A et psychologie médicale, Pôle de psychiatrie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Clermont Université, Université d’Auvergne Clermont 1, UFR médecine, EA 3845, Clermont-Ferrand, Centre mémoire ressources recherche, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand

Bien que quelques patients souffrant de schizophrénie devenus âgés bénéficient d’une rémission symptomatique, l’analyse de la littérature démontre que la majorité d’entre eux présente des troubles psychiatriques et des problèmes somatiques sensibles. Au plan psychiatrique, certains patients présentent toujours une symptomatologie sévère portant sur l’ensemble des symptômes schizophréniques, tandis que d’autres évoluent vers un accroissement des signes négatifs et une réduction des signes positifs. De plus, la survenue de symptômes dépressifs significatifs est fréquente chez ces patients. Enfin, des études récentes ont mis en évidence une grande hétérogénéité dans l’évolution des troubles cognitifs chez les sujets souffrant de schizophrénie devenus âgés et, pour un certain nombre, un risque accru de démence. En parallèle, ces patients présentent souvent des effets secondaires consécutifs aux traitements psychotropes au long cours ainsi que des pathologies médicales (diabète, pathologies cardio-vasculaires…) qui résultent à la fois du mode de vie et d’une prise en charge insuffisante de ces pathologies et ayant un impact sur l’espérance de vie. Enfin, les capacités d’adaptation et la qualité de vie des patients apparaissent fortement liées à leur état clinique et aux facteurs sociaux. L’évaluation des patients et les propositions thérapeutiques spécifiques doivent prendre en compte l’ensemble de ces éléments.