John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

Méditer pour bien vieillir ? Les possibles bienfaits des pratiques méditatives sur le déclin cognitif lié à l’âge Volume 15, numéro 2, Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1
Auteurs
1 Laboratoire Mémoire & Cognition, Institut de psychologie, Université Paris Descartes, Université Sorbonne Paris-Cité, Paris, France
2 Inserm U894, Centre de psychiatrie et neurosciences, Paris, France
3 Institut universitaire de France (IUF), France
* Tirés à part
  • Mots-clés : méditation, pleine conscience, vieillissement, attention, cognition
  • DOI : 10.1684/pnv.2017.0672
  • Page(s) : 205-13
  • Année de parution : 2017

L’espérance de vie ne cesse d’augmenter dans les pays développés, mais une vie plus longue ne signifie pas toujours une bonne qualité de vie. Le vieillissement s’accompagnant d’un déclin cognitif, aussi bien normal que pathologique, il est devenu crucial pour la société de relever le défi du vieillir mieux. La méditation, couvrant une large gamme de pratiques mettant en jeu différents aspects de la cognition, en particulier l’attention et les fonctions exécutives, est l’une des pistes les plus prometteuses. Plusieurs études montrent en effet un bénéfice de la méditation sur ces fonctions cognitives. Néanmoins, seul un petit nombre d’études a investigué ses bienfaits dans le cadre du vieillissement. Les premiers résultats sont toutefois encourageants, mais de nombreuses limites sont encore à dépasser pour démontrer l’effet protecteur de la méditation sur le vieillissement cognitif.