John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

L’intelligence artificielle à la rencontre de la neuropsychologie : mémoire sémantique, vieillissement normal et pathologique Volume 13, numéro 1, Mars 2015

Auteurs
1 Inserm U1142, Limics, Paris, France
2 Sorbonne Universités, UPMC Université Paris 6, UMR-S 1142, Limics, Paris, France
3 Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Limics, UMR-S 1142, Villetaneuse, France
4 Assistance publique - Hôpitaux de Paris, France
5 UF mémoire et maladies neurodégénératives, Service de neurologie, Hôpital Avicenne, Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis, Bobigny, France
6 Laboratoire Psitec, EA 4072, UFR de psychologie, Université de Lille, France
* Tirés à part

L’intelligence artificielle est l’objet de nombreuses recherches, mais aussi de nombreux fantasmes. Elle vise à reproduire l’intelligence humaine dans ses capacités d’apprentissage, de stockage de connaissances et de calcul. Les premières représentations des connaissances dans ce domaine se sont largement inspiré des essais de modélisation de la mémoire sémantique. Cette dernière composante de la mémoire à long terme est la mémoire des mots, des idées, des concepts. C’est le seul système de mémoire déclarative qui résiste de façon remarquable aux effets de l’âge. En revanche, des modifications cognitives non spécifiques peuvent diminuer les performances des sujets âgés dans différentes épreuves et signalent plutôt des difficultés d’accès à des représentations sémantiques qu’une atteinte du stock sémantique lui-même. Certaines démences, avec au premier rang d’entre elle la démence sémantique et dans une moindre mesure la maladie d’Alzheimer, se traduisent entre autre par une atteinte de la mémoire sémantique. Nous proposons dans cet article d’utiliser le modèle des ontologies computationnelles, modélisation formelle et relativement fine, au service de la neuropsychologie : 1) pour le praticien dans des systèmes d’aide à la décision, 2) pour le patient à titre de prothèse cognitive externalisée, et 3) pour le chercheur afin d’étudier la mémoire sémantique.