John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Le psychiatre comme « gatekeeper » : une étude qualitative sur le rôle du psychiatre dans les demandes de suicide assisté Volume 20, numéro 1, Mars 2022

Tableaux



Auteurs
1 Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé, Centre hospitalier universitaire Vaudois (CHUV) et Université de Lausanne, Suisse
2 Service de psychiatrie de liaison, Centre hospitalier universitaire Vaudois et Université de Lausanne, Suisse
* Correspondance : A.-L. Serra

Contexte

En Suisse, dans les situations de demandes de suicide assisté, le psychiatre est mis dans une position de « gatekeeper » lorsqu’on lui demande de se prononcer sur la capacité de discernement et sur l’existence d’un éventuel trouble psychiatrique interférant avec cette capacité et qui empêcherait les patients d’accéder à cet acte.

Objectif

L’étude explore les motifs des demandes de suicide assisté formulées par des patients hospitalisés dans un service somatique du Centre hospitalier universitaire Vaudois ainsi que les enjeux auxquels le psychiatre fait face.

Méthode

L’étude se base sur une analyse rétrospective des rapports psychiatriques, concernant 18 patients de 65 ans ou plus qui ont fait une demande de suicide assisté. Nous avons identifié dans le matériel des motifs manifestes mais aussi des éléments latents, en prenant pour cadre la théorie de l’attachement et une lecture psychodynamique orientée autour des concepts de Moi idéal, Idéal du moi et Surmoi.

Résultats

Différentes catégories de motifs de recours au suicide assisté ont été identifiées dans les demandes des patients. Au niveau latent, des indices d’attachement sécure et insécure, de sentiments sous-jacents de honte et d’abandon et plus rarement de culpabilité ont été relevés. Outre des limites liées à l’état du patient, le rôle de gatekeeper a un impact sur les possibilités d’aborder ou d’utiliser ces éléments de manière thérapeutique avec le patient.

Conclusion

Le psychiatre mis dans un rôle de gatekeeper face au suicide assisté est dans une position peu confortable. Il est amené à penser comment tenir ce rôle tout en demeurant psychiatre de liaison.