John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Exercice et densité minérale osseuse chez les sujets âgés : implications théoriques et pratiques Volume 12, numéro 3, Septembre 2014

Illustrations

  • Figure 1
Auteur
Laboratoire activité physique performance et santé (Upres EA 4445), Université de Pau & Pays de l’Adour, Département Staps de Tarbes, France
* Tirés à part

Avec l’avancée en âge, la diminution de la densité minérale osseuse est inéluctable. L’exercice physique régulier constitue un moyen physiologique susceptible d’atténuer les effets de la déminéralisation osseuse normale (i.e. non pathologique) particulièrement chez la personne âgée. En effet, l’exercice physique induit des contraintes mécaniques générant une déformation de l’os qui stimulent l’ostéogenèse et favorisent le remodelage osseux. La fonction ostéogénique des entraînements aérobies (e.g. marche, course) n’est effective que si l’intensité de l’exercice (i.e. les impacts au sol et donc les déformations osseuses) est de haute intensité et celle des entraînements de renforcement musculaire est effective que si les contractions musculaires effectuées sont dynamiques et de forte intensité. Les activités physiques réalisées en condition de décharge corporelle (e.g. natation, vélo) ou en condition statique (e.g. étirements, exercices d’équilibration) sont en revanche des activités parmi les moins ostéogéniques. La durée optimale d’un programme d’exercices significatif en termes de remodelage osseux se situe entre 4 et 6 mois. Les effets ostéogéniques de l’exercice régulier débute à partir de 2-3 séances hebdomadaires. L’activation de la fonction ostéogénique par le biais de l’exercice physique est plus difficile pour la femme vieillissante que pour l’homme vieillissant à cause de ses facteurs hormonaux moins favorables.