John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Déterminants de la prise en charge des patients déments dépistés dans une cohorte populationnelle : approche qualitative auprès de leurs médecins généralistes Volume 11, numéro 2, Juin 2013

Auteurs
Département de médecine générale, Université Montpellier I, France, Epsylon (EA4556), Montpellier, France, Université Montpellier1, Montpellier, France, Inserm, Isped, Centre Inserm U897-épidemiologie-biostatistique, Bordeaux, France, Inserm, U1061, Montpellier, France

Contexte : différentes études internationales rapportent un sous-diagnostic important des patients déments. Une hypothèse expliquant ce sous-diagnostic serait l’attitude des médecins généralistes ne considérant pas la maladie comme une priorité. Objectif : le but de cette étude qualitative était de comprendre les déterminants du diagnostic et de la prise en charge de la démence en explorant l’expérience vécue de médecins généralistes. Méthodes : le recrutement des médecins généralistes a été réalisé à partir de cas incidents de démence, repérés dans l’étude de cohorte des 3 Cités. Des entretiens semi-directifs puis une analyse phénoménologique et pragmatique, ont permis de recueillir puis d’analyser la totalité du verbatim. Résultats : plusieurs catégories ont émergé : les généralistes pensent que la démence relève d’un problème de santé publique, et que leur place dans le système de soin est centrale. Les identités personnelle et professionnelle du médecin sont déterminantes dans le retard au diagnostic et la variabilité des prises en charge. Dans un contexte de charge de travail accrue, le médecin privilégie les comorbidités sévères chez les personnes âgées compte tenu du flou nosologique et du doute sur l’efficacité des thérapeutiques. Conclusion : l’approche phénoménologique permet de montrer que l’identité du médecin est le facteur prépondérant qui détermine la prise en charge des démences en médecine générale.