John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Comment optimiser les prescriptions de benzodiazépines chez les patients âgés fragiles ? Volume 16, numéro 4, Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Pôle pharmacie, CHU de Toulouse, France
2 Pôle de gériatrie, CHU de Toulouse
3 Département Universitaire de médecine générale, Université Paul Sabatier, Toulouse
* Tirés à part
  • Mots-clés : fragilité, sujet âgé, benzodiazépines, iatrogénie
  • DOI : 10.1684/pnv.2018.0755
  • Page(s) : 359-66
  • Année de parution : 2018

La prescription chronique de benzodiazépines (BZD) chez la personne âgée (PA) est potentiellement inappropriée. À l’hôpital de jour (HDJ) d’évaluation des fragilités de Toulouse, l’optimisation thérapeutique est une des mesures utilisées pour lutter contre la perte d’autonomie. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’impact d’une intervention standardisée sur l’optimisation du traitement par BZD de ces patients. Méthode : Après remise d’une brochure informative sur les BZD aux patients évalués à l’HDJ, une optimisation du traitement était proposée (diminution de posologie, prise intermittente, arrêt, prise d’une molécule à demi-vie courte). Un suivi téléphonique mensuel sur 6 mois était ensuite réalisé. Résultats : 18 patients ont été inclus dans l’étude ; 50 % prenaient une BZD depuis plus de 10 ans, et 39 % avaient une BZD à demi-vie longue ; 50 % de la population était fragile et 44 % pré-fragile selon les critères de Fried. Après 6 mois, 33 % des patients avaient optimisé leur traitement, dont 17 % d’arrêt. Discussion : Chez les PA fragiles, une intervention standardisée peut contribuer à optimiser les traitements par BZD. Pour s’assurer de la pérennité de cette intervention, la collaboration avec le médecin traitant et le suivi prolongé des patients sont indispensables.