John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Arrêt de la corticothérapie chez la personne âgée Volume 11, numéro 4, Décembre 2013

Auteurs
Pôle gériatrique, Centre gérontologique départemental, Marseille, France, EA3279, Évaluation des systèmes de soins - Santé perçue, Faculté de médecine, Aix Marseille Université, Marseille, France, Service d’endocrinologie, Hôpital Nord, Assistance publique des hôpitaux de Marseille, France

La prescription de glucocorticoïdes de synthèse à visée anti-inflammatoire et immunosuppressive, prolongée au-delà de 3 semaines, freine l’axe corticotrope avec un risque d’insuffisance surrénale à l’arrêt du traitement. Ce risque dépend de la posologie et de la durée de la corticothérapie, mais aussi de facteurs individuels mal connus. La mesure de la cortisolémie à 7-8 heures, éventuellement complétée par un test au Synacthène ® est essentielle au diagnostic. Un schéma de prise en charge des patients est proposé avec la diminution progressive des doses de glucocorticoïdes, la substitution du glucocorticoïde de synthèse par une dose physiologique d’hydrocortisone (en cas d’insuffisance surrénale) et le suivi biologique pour dépister le retour à une fonction surrénale normale dans les mois suivants.