John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Analyse du risque iatrogénique lié aux effets anticholinergiques à l’aide de 2 échelles en court séjour gériatrique Volume 10, numéro 1, Mars 2012

Auteurs
Pôle de gérontologie clinique, CHU de Nantes, Département de médecine interne et gérontologie clinique, CHU d’Angers

Les anticholinergiques sont responsables des principaux effets indésirables médicamenteux (EIM) du sujet âgé. Deux échelles d’évaluation de la charge anticholinergique des médicaments ont été publiées: l’Anticholinergic drug scale (ADS) de Carnahan et al., et l’Anticholinergic risk scale (ARS) de Rudolph et al. L’objectif de cette étude était d’analyser la performance des scores de Carnahan et Rudolph pour la prédiction de l’apparition de signes anticholinergiques.

Méthode : 1 379 dossiers de patients âgés de plus de 75 ans hospitalisés en court séjour gériatrique ont été étudiés.

Résultats : Le risque d’apparition des signes anticholinergiques totaux est majoré quand le score est supérieur ou égal à 3 avec les 2 échelles (ADS : OR 1,45, IC 95% [1,03-2,03], p = 0,037 et ARS : OR 1,98, IC 95% [1,19-3,28], p < 0,01), ainsi que les signes périphériques (ARS : OR 1,66, IC 95% [1,22-2,26], p < 0,01 et ADS : OR 1,81, IC 95% [1,19-2,75], p < 0,01), ce qui n’était pas le cas pour les signes centraux.

Conclusion : Les 2 échelles ont permis la détection d’un risque majoré d’apparition de signes anticholinergiques totaux et périphériques, mais pas des signes anticholinergiques centraux. L’intérêt du calcul de la charge anticholinergique totale d’une ordonnance reste à démontrer notamment pour le risque de confusion mentale.