John Libbey Eurotext

Gériatrie et Psychologie Neuropsychiatrie du Vieillissement

MENU

Activité hospitalière et coûts liés à la prise en charge du zona en France : focus sur le zona ophtalmique Volume 12, numéro 4, Décembre 2014

Illustrations

  • Figure 1

Tableaux

Auteurs
1 Pôle hospitalo-universitaire gérontologie clinique, Centre hospitalo-universitaire, Nantes, France
2 Évaluation de l’économie de la santé, Lyon, France
3 Groupe OC Santé, Montpellier, France
4 Sanofi Pasteur MSD, Lyon, France
* Tirés à part

Objectifs : Le zona traduit une réactivation et une réplication du virus varicelle-zona. Caractérisé par une éruption, le zona s’accompagne de douleurs aiguës et parfois chroniques qui sont particulièrement mal tolérées. Parmi les différentes localisations possibles, le zona ophtalmique est plus fréquemment associé à la survenue de douleurs post-zostériennes. De plus, le zona ophtalmique peut se compliquer de lésions oculaires dont les séquelles peuvent être extrêmement délétères. Cette étude vise à évaluer l’activité hospitalière liée au zona (dont le zona ophtalmique), à ses complications, et à son coût.Méthode :L’analyse utilise les données rétrospectives du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) des établissements publics et privés de santé sur l’ensemble de l’année 2012, chez les patients de 50 ans ou plus. Le diagnostic est codé selon la classification internationale comme diagnostic primaire, secondaire ou associé significatif. Résultats :Au cours de l’année 2012, 2 509 patients de 50 ans ou plus ont été hospitalisés à cause d’un zona. Parmi eux, 495 présentaient un zona ophtalmique (19,7 %). La moyenne d’âge est de 77 ans. Le coût moyen d’un séjour varie de 3 370 à 9 191 euros respectivement pour un zona sans complication et pour une encéphalite zostérienne. Le coût total du zona a été de 10,2 millions d’euros en France en 2012 dont 18 % dus au zona ophtalmique. Conclusion :Cette étude rapporte le montant pour l’assurance-maladie du coût du zona lié au recours à l’hospitalisation dans un établissement de santé. Ce coût est sous-évalué à cause du caractère non-exhaustif du codage. Cette étude met en évidence la sévérité du zona et son coût dès lors qu’il est associé à une complication ophtalmologique ou neurologique.