John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Utilisation de produits phytosanitaires dans le maraîchage autour du barrage d’alimentation en eau potable de la ville de Korhogo (nord de la Côte d’Ivoire) : risques pour la santé publique Volume 17, numéro 2, Mars-Avril 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire des sciences et techniques de l’eau et de l’environnement
UFR sciences de la terre et des ressources minières
22 BP 582 Abidjan
Côte d’Ivoire
2 Centre suisse de recherches scientifiques en Côte d’Ivoire
Km 17 route de Dabou
Adiopodoumé Yopougon
01 BP 1303 Abidjan
Côte d’Ivoire
3 Université Péléforo Gon Coulibaly Korhogo
01 BP 1303 Abidjan 01
Côte d’Ivoire
* Tirés à part
  • Mots-clés : Korhogo, ETU, carbendazime, pesticides, risque, santé publique
  • DOI : 10.1684/ers.2018.1147
  • Page(s) : 155-63
  • Année de parution : 2018

Le maraîchage urbain tient une place importante dans l’approvisionnement en légumes frais de la ville de Korhogo, en Côte d’Ivoire. Cette activité est concentrée autour du barrage d’alimentation en eau potable de ladite ville. Pour lutter contre les ravageurs et augmenter leur rendement, les producteurs maraîchers ont recours aux pesticides dont ils ignorent souvent les risques. L’objectif de cette étude est d’évaluer les risques environnementaux et de santé publique liés à l’utilisation des pesticides. Une enquête a été réalisée auprès de 150 producteurs maraîchers. Les résidus de l’éthylène thio-urée (ETU) et du carbendazime ont également été dosés dans 15 échantillons d’eau du barrage au chromatographe liquide haute performance (HPLC) par la technique d’extraction liquide-liquide. Les résultats montrent que l’activité du maraîchage est pratiquée en majorité par les femmes (95 %). Par ailleurs, celles-ci utilisent les produits phytosanitaires sans aucun équipement de protection individuel (EPI). Trois grandes familles de pesticides, à savoir les herbicides (37 %), les fongicides (19 %) et les insecticides (44 %) sont utilisées. Les producteurs ne respectent pas les itinéraires agricoles des produits, seul 48 % des produits utilisés sont homologués pour la culture maraîchère contre 52 % pour le coton et autres cultures mixtes. Les maux de tête, éternuements (60,7 %) et troubles de la vision (28 %) sont les problèmes de santé récurrents chez les producteurs maraîchers. Les concentrations moyennes des résidus de pesticides mesurées dans les eaux du barrage sont de 24,17 μg/L pour l’ETU et de 4,4 μg/L pour le carbendazime. Le non-respect des itinéraires des pesticides utilisés, leur mode d’utilisation et le manque d’EPI constituent des facteurs de risque tant pour l’environnement que pour la santé des producteurs et celle des consommateurs.