John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Réévaluation des agents cancérogènes pour l’homme (monographies 100C et 100F du CIRC) et reconnaissance en maladie professionnelle Volume 12, numéro 1, Janvier-Février 2013

Auteurs
Centre Léon-Bérard Unité cancer-environnement 28, rue Laennec 69008 Lyon France, Université de Lyon Faculté de médecine Laënnec Laboratoire « Santé, Individu, Société » EAM 4128 7-11, rue Guillaume Paradin Bât B 69372 Lyon cedex 08 France, Université Claude Bernard Lyon 1 UMRESTTE - UMR T 9405 INRETS 25, avenue François Mitterrand 69675 Bron cedex France, Hospices civils de Lyon Centre hospitalier Lyon-Sud Chemin du Grand Reevoyet 69495 Pierre-Bénite France, CIRC 150, cours Albert Thomas 69372 Lyon cedex 08 France
  • Mots-clés : arsenic, cancérogènes, métaux, poussière, produits chimiques et pharmaceutiques
  • DOI : 10.1684/ers.2013.0593
  • Page(s) : 41-53
  • Année de parution : 2013

Le présent article résume les résultats des réévaluations par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), en 2009, des agents chimiques et risques professionnels associés, des métaux, de l’arsenic, des poussières et fibres, agents auparavant classés comme « cancérogène pour l’homme » (groupe 1). Ces réévaluations ont été publiées dans le volume 100 des monographies du CIRC. Les principales évolutions concernent l’identification de nouvelles localisations cancéreuses avec des indications suffisantes pour l’amiante (cancer du larynx et cancer de l’ovaire) et le formaldéhyde (leucémies). Cette réévaluation a également permis d’identifier de nouvelles localisations cancéreuses pour lesquelles les indications restent néanmoins limitées à la lumière des données scientifiques disponibles. La majorité des cancérogènes réévalués correspond à des agents présents en milieu professionnel. Nous indiquons pour chacun des agents et circonstances d’exposition professionnelle, la correspondance avec les tableaux de maladie professionnelle (MP) en France. Certaines localisations cancéreuses, pour lesquelles le CIRC a conclu à l’existence de preuves suffisantes, ne figurent pas dans un tableau. Par ailleurs, plusieurs cancérogènes réévalués en 2009 ne font pas l’objet aujourd’hui d’un tableau de MP. Parmi ceux-ci, nous citerons les expositions professionnelles chez le peintre (à l’exception du benzène et des chromates), l’industrie du caoutchouc, l’exposition aux poussières de cuir et le béryllium. Pour ces agents et situations professionnelles, nous discutons les possibilités de demande de reconnaissance du caractère professionnel d’autres cancers au titre du quatrième alinéa de l’article L-461.1 du code de la sécurité sociale via le Comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP).