John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

La gestion des risques industriels entre évolutions législatives et adaptations locales Le cas dunkerquois Volume 16, numéro 3, Mai-Juin 2017

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
Auteurs
1 Maître de conférences en aménagement à l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO)
Laboratoire territoires villes environnement société (TVES) – EA 4477
21, quai de la citadelle
BP 5528
59383 Dunkerque cedex
France
2 Maître de conférences en géographie à l’ULCO
TVES – EA 4477
3 Professeur des universités en sociologie à l’ULCO
TVES – EA 4477
4 Maître de conférences en géographie à l’ULCO
TVES – EA 4477
* Tirés à part
  • Mots-clés : risques industriels, plans de prévention, décision, informel, concertation
  • DOI : 10.1684/ers.2017.1016
  • Page(s) : 275-83
  • Année de parution : 2017

Dans le domaine des risques industriels, le Plan de prévention des risques technologiques (PPRT), qui a vu le jour avec la loi du 30 juillet 2003, doit être élaboré en concertation avec les acteurs locaux, membres du Comité local d’information et de concertation (CLIC) devenu Commission de suivi de site (CSS). Cette commission rassemble des représentants des industriels, des administrations locales, des salariés et des riverains. Nous avons questionné la mise en place progressive des PPRT dans la zone industrialo-portuaire de Dunkerque afin d’y repérer dans quelles mesures les négociations, organisées de manière informelle en parallèle aux échanges prévus par la réglementation, aboutissent à une forme obligée de la concertation. Différentes difficultés dans la mise en œuvre des PPRT liées à la méthodologie, aux contraintes financières et économiques, amènent les acteurs à procéder à certains ajustements locaux et à recourir à des négociations informelles opérant en coulisse. L’informalité facilitée par l’interconnaissance des acteurs prend alors le pas sur les négociations formelles dans l’élaboration du PPRT. Si elle permet la résolution de problèmes et débouche sur des solutions efficaces, elle sape néanmoins les fondements du débat.