John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Identifier les îlots de chaleur urbains pour réduire l’impact sanitaire des vagues de chaleur Volume 8, numéro 5, Septembre-Octobre 2009

Auteur
Département santé environnement Direction de la santé et du développement social de la Guyane 19, rue Schoelcher BP 5001 97305 Cayenne Cedex
  • Mots-clés : informatique, prévention primaire, santé en zone urbaine, troubles dus à la chaleur
  • DOI : 10.1684/ers.2009.0288
  • Page(s) : 399-411
  • Année de parution : 2009

On prévoit pour les décennies à venir une augmentation des impacts sanitaires des vagues de chaleur. Dans les villes, les épisodes caniculaires sont accentués par les Îlots de chaleur urbains (ICU), responsables de grandes variations de température au sein de la ville. La caractérisation intra-urbaine de l’exposition aux fortes chaleurs doit ainsi prendre en compte les ICU. L’objectif de cet article est de présenter l’élaboration d’une méthodologie d’identification des ICU appliquée au territoire du Grand Lyon. Une revue bibliographique en microclimatologie urbaine a permis de dégager les paramètres influant sur les ICU. Des données ont été extraites afin de quantifier l’impact de ces paramètres sur l’intensité du phénomène. Ces données ont été intégrées à un Système d’information géographique (SIG) afin de bâtir un modèle cartographique. Le modèle, élaboré sur quatre zones tests, simule la distribution spatiale de l’intensité des îlots de chaleur d’été, sur un cycle de 24 heures. Les résultats du modèle montrent que les ICU les plus intenses, jusqu’à 76 % d’intensité, sont concentrés dans les canyons urbains. À l’échelle du quartier, les typologies de territoires les plus susceptibles de développer des ICU sont les secteurs fortement minéralisés à forte densité de bâti, avec jusqu’à 36 % de la zone étudiée recouverte par des ICU d’intensités moyennes et élevées. La plantation d’arbres d’alignement au sein de canyons urbains permet de réduire considérablement le phénomène (réduction locale de l’intensité d’un ICU d’environ 10 %). Dans une démarche d’aide à la décision en santé publique, une application sanitaire du modèle a été développée sur une zone test. La méthode proposée, reposant sur l’analyse de la distribution des ICU, des données démographiques infracommunales et des caractéristiques des établissements sanitaires et sociaux, met en évidence quels secteurs peuvent présenter un impact sanitaire élevé en période de canicule.