John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Exposition aérienne aux produits phytosanitaires : un outil pour la priorisation des territoires où agir Volume 19, numéro 5, Septembre-Octobre 2020

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2

Tableaux

Auteurs
1 CREAI - Observatoire régional de santé Occitanie
Site de Toulouse
37, allées Jules Guesde
31000 Toulouse
France
2 DRAAF Occitanie – Service régional d’information statistique, économique et territoriale
Cité Administrative
Boulevard Armand Duportal
31074 Toulouse Cedex
France
3 Univ Rennes, Inserm, EHESP, Irset (Institut de recherche en santé, environnement et travail) - UMR_S 1085
Rennes
France
* Tirés à part

Dans le cadre du plan Ecophyto2, la Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et la forêt (Draaf) d’Occitanie a développé le projet « EXPO’PHYTO » qui vise à conduire, à l’échelle de petits territoires, une démarche collective et concertée de réduction de l’exposition aérienne aux produits phytopharmaceutiques. Pour tester la pertinence de cette approche, la Draaf souhaitait pouvoir la conduire sur quelques territoires où la réduction de l’exposition s’avérerait prioritaire par rapport à d’autres. Il a été décidé pour cela d’établir un classement des territoires d’Occitanie au regard de leur fardeau d’exposition potentielle.

Deux indicateurs quantitatifs, pour les professionnels agricoles et la population générale respectivement, ont été construits à l’échelle cantonale en recourant à l’utilisation simultanée de matrices culture-exposition et de données de population et d’urbanisation. Les cantons ont ainsi pu être classés par valeur décroissante des indicateurs.

Une analyse de sensibilité a été conduite afin de vérifier la robustesse des résultats. Celle-ci montre, pour chacune des deux populations, que certains cantons à prédominance viticole, restent classés dans les dix premiers parmi les 269 que compte l’Occitanie : cinq cantons pour la population professionnelle et trois cantons pour la population générale. Ces derniers sont également classés parmi les dix premiers pour la population professionnelle, quels que soient les paramètres de calcul utilisés.

Bien que les pratiques d’usage des produits phytopharmaceutiques ne soient pas particulières dans ces cantons, ceux-ci présentent des caractéristiques d’assolement, de démographie et de répartition de l’habitat qui les rendent plus vulnérables en termes d’exposition potentielle. Par ailleurs, leur caractère viticole est cohérent avec les connaissances scientifiques récentes. La démarche retenue constitue un outil d’aide à la décision pour identifier les territoires prioritaires où mettre en place des actions de réduction de l’exposition aérienne aux produits phytopharmaceutiques, du point de vue des impacts potentiels sur leurs populations.