John Libbey Eurotext

Environnement, Risques & Santé

MENU

Amélioration de la qualité microbiologique de l’eau de boisson à domicile dans les communes de Lalo et de Zè (Bénin) Volume 17, numéro 6, Novembre-Décembre 2018

Illustrations

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4
  • Figure 5

Tableaux

Auteurs
1 Laboratoire d’hygiène, d’assainissement, d’écotoxicologie et de santé environnementale (HECOTES)
Centre interfacultaire de formation et de recherche en environnement pour le développement durable (CIFRED)
Université d’Abomey-Calavi (UAC)
Bénin
2 Programme national de lutte contre la lèpre et l’ulcère de buruli (PNLLUB)
Ministère de la Santé
Cotonou
Bénin
3 Fondation Anesvad
General Concha
28-010. 48010
Bilbao
Espagne
* Tirés à part
  • Mots-clés : qualité de l’eau, contamination, hygiène
  • DOI : 10.1684/ers.2018.1240
  • Page(s) : 611-8
  • Année de parution : 2018

Malgré une couverture en eau potable relativement bonne dans la plupart des milieux ruraux au Bénin, il est noté une pollution fécale de l’eau de boisson à cause des conditions inadéquates de transport, de stockage et de prélèvement d’eau dans les ménages. Cette pollution a des conséquences sanitaires en termes de mortalité et de morbidité, en particulier chez les enfants. Pour remédier à cette situation, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande des méthodes de traitement de l’eau à domicile. Cependant, les populations ont une mauvaise connaissance de ces méthodes. Lorsqu’elles les connaissent, elles sont réticentes à les utiliser, notamment en raison de leurs coûts ou des modifications des propriétés organoleptiques de l’eau qu’elles induisent. En guise de solution à cette situation, une intervention consistant à proposer aux ménages des récipients de stockage de l’eau de boisson lavables en plastique, munis de robinets, a été mise en place. Cette intervention est couplée avec une sensibilisation des ménages aux règles d’hygiène de base. La présente étude a pour but d’évaluer l’efficacité de cette intervention. Ainsi, cinquante-deux échantillons d’eau de boisson ont été prélevés avant la mise en place de l’intervention, et quarante échantillons ont été prélevés après. Les paramètres microbiologiques traduisant une contamination fécale ont été mesurés. Les résultats montrent une réduction de la contamination fécale après la mise en place de l’intervention, objectivée par une diminution des coliformes totaux, des coliformes fécaux et des entérocoques fécaux respectivement de 58,39 %, 86,07 % et 82,18 %. Les récipients de stockage de l’eau de boisson munis de robinets, couplés à une éducation sanitaire sur les règles d’hygiène de base, peuvent alors être proposés comme interventions adaptées pour améliorer la pollution fécale de l’eau de boisson à domicile en milieu rural au Bénin.