John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

MENU

Voies de signalisation alternatives de la mort cellulaire programmée : une perspective virale Volume 93, numéro 9, Septembre 2006

Auteurs
Centre de recherche en cancérologie de l’Université Laval, Hôtel-Dieu de Québec, CRCHUQ, 9, rue Mc-Mahon, Québec, G1R 2J6, Canada
  • Mots-clés : apoptose, adénovirus, E4orf4, Src, actine, cancer
  • Page(s) : 921-30
  • Année de parution : 2006

Des lésions génétiques permettant de résister à la mort par apoptose contribuent à la progression tumorale et sont responsables de la résistance cellulaire tumorale aux thérapies anticancéreuses conventionnelles. Les avancées récentes ont mis en évidence l’existence de voies de signalisation alternatives de mort cellulaire programmée, lesquelles semblent opérer efficacement dans un contexte cellulaire tumoral. Le but de cet article est de mettre en lumière l’importance de ces mécanismes de mort cellulaire dans le contexte du cancer et de présenter la protéine E4orf4 de l’adénovirus (quatrième cadre de lecture de la région précoce E4), comme un outil moléculaire unique pour identifier des régulateurs clés de ces programmes dans les cellules cancéreuses. Des évidences récentes indiquent qu’E4orf4 redirige l’activité oncogénique des tyrosine kinases de la famille Src pour activer un programme de mort cellulaire indépendant de l’activité des caspases connues et qui contourne l’effet anti-apoptotique de Bcl2. Des travaux récents suggèrent que la dynamique de l’actine joue un rôle clé dans l’action antitumorale d’E4orf4.