John Libbey Eurotext

Bulletin du Cancer

Tumeurs du haut appareil urinaire et syndrome de Lynch : doit-on proposer un dépistage systématique ? Volume 101, numéro 2, Février 2014

Illustrations

Ouvrir l'onglet

Le but de notre étude était d’établir la fréquence de l’instabilité microsatellitaire chez les patients atteints d’une tumeur de la voie excrétrice supérieure (TVES) et d’évaluer les avantages cliniques d’un dépistage systématique.

À partir de 146 patients opérés d’une TVES dans notre centre, une analyse immunohistochimique par tissue microarray (TMA) a été réalisée, afin de détecter une altération des gènes de réparation des mésappariements (MisMatched Repair [MMR]). Lorsqu’une tumeur avait une perte d’expression de l’une de ces protéines, l’instabilité microsatellitaire était validée au niveau moléculaire par l’étude de cinq microsatellites après amplification PCR.

En immunohistochimie, une perte d’expression nucléaire pour au moins une des quatre protéines testées étaient détectées chez sept patients (4,8 %). Le statut microsatellite instable a été validé pour cinq de ces sept cas en biologie moléculaire (3,4 %). Les caractéristiques clinicopathologiques et les données de survie ne différaient pas significativement chez les patients ayant une instabilité par rapport aux autres patients.

À la différence des tumeurs coliques, l’inactivation de la voie MMR a été rarement observée dans les TVES, avec une bonne valeur prédictive de l’immunohistochimie. Le dépistage immunohistochimique ne semble pas devoir être proposé de façon systématique en pratique quotidienne.